Suivant: , Monter: Introduction   [Table des matières][Index]


1.1 Gérer ses logiciels avec Guix

Guix fournit une interface de gestion des paquets par la ligne de commande (voir Gestion de paquets), des outils pour aider au développement logiciel (voir Développement), des utilitaires en ligne de commande pour des utilisations plus avancées (voir Utilitaires) ainsi que des interfaces de programmation Scheme (voir Interface de programmation). Son démon de construction est responsable de la construction des paquets pour les utilisateur·rice·s (voir Paramétrer le démon) et du téléchargement des binaires pré-construits depuis les sources autorisées (voir Substituts).

Guix contient de nombreuses définitions de paquet GNU et non-GNU qui respectent tous les libertés de l’utilisateur ou utilisatrice. Il est extensible  : chacun·e peut écrire ses propres définitions de paquets (voir Définition des paquets) et les rendre disponibles dans des modules de paquets indépendants (voir Modules de paquets). Il est aussi personnalisable : on peut dériver des définitions de paquets spécialisées à partir de définitions existantes, même depuis la ligne de commande (voir Options de transformation de paquets).

Sous le capot, Guix implémente la discipline de gestion de paquet fonctionnel inventé par Nix (voir Remerciements). Dans Guix le processus de construction et d’installation des paquets est vu comme une fonction dans le sens mathématique du terme. Cette fonction a des entrées (comme des scripts de construction, un compilateur et des bibliothèques) et renvoie un paquet installé. En tant que fonction pure, son résultat ne dépend que de ses entrées. Par exemple, il ne peut pas faire référence à des logiciels ou des scripts qui n’ont pas été explicitement passés en entrée. Une fonction de construction produit toujours le même résultat quand on lui donne le même ensemble d’entrée. Elle ne peut pas modifier l’environnement du système en cours d’exécution d’aucune manière ; par exemple elle ne peut pas créer, modifier ou supprimer des fichiers en dehors de ses répertoires de construction et d’installation. Ce résultat s’obtient en lançant les processus de construction dans des environnements isolés (ou des conteneurs) où seules les entrées explicites sont visibles.

Le résultat des fonctions de construction de paquets est mis en cache dans le système de fichier, dans répertoire spécial appelé le dépôt (voir Le dépôt). Chaque paquet est installé dans son répertoire propre dans le dépôt — par défaut dans /gnu/store. Le nom du répertoire contient un hash de toutes les entrées utilisées pour construire le paquet ; ainsi, changer une entrée donnera un nom de répertoire différent.

Cette approche est le fondement des fonctionnalités les plus importante de Guix : le support des mises à jour des paquets et des retours en arrière transactionnels, l’installation différenciée par utilisateur·rice et le ramassage de miettes pour les paquets (voir Fonctionnalités).


Suivant: , Monter: Introduction   [Table des matières][Index]