Suivant: , Monter: Invoquer guix build   [Table des matières][Index]


9.1.1 Options de construction communes

Un certain nombre d’options qui contrôlent le processus de construction sont communes avec guix build et les autres commandes qui peuvent générer des constructions, comme guix package ou guix archive. Voici ces options :

--load-path=répertoire
-L répertoire

Ajoute répertoire au début du chemin de recherche de module de paquets (voir Modules de paquets).

Cela permet à des utilisateurs de définir leur propres paquets et les rendre disponibles aux outils en ligne de commande.

--keep-failed
-K

Garde l’arborescence de construction des constructions en échec. Ainsi, si une construction échoue, son arborescence de construction est préservée dans /tmp, dans un répertoire dont le nom est affiché à la fin du journal de construction. Cela est utile pour déboguer des échecs de construction. Voir Débogage des échecs de construction, pour des astuces sur la manière de déboguer des problèmes de construction.

Cette option implique --no-offload, et elle n’a pas d’effet quand elle est connectée à un démon distant avec une guix:// URI (voir the GUIX_DAEMON_SOCKET variable).

--keep-going
-k

Continue lorsque certaines dérivations échouent ; ne s’arrête que lorsque toutes les constructions ont soit réussies, soit échouées.

Le comportement par défaut est de s’arrêter dès qu’une des dérivations spécifiées échoue.

--dry-run
-n

Ne pas construire les dérivations.

--fallback

Lorsque la substitution d’un binaire pré-compilé échoue, construit les paquets localement à la place (voir Échec de substitution).

--substitute-urls=urls

Considère urls comme une liste d’URL de sources de substituts séparés par des espaces, et remplace la liste par défaut d’URL de guix-daemon (voir guix-daemon URLs).

Cela signifie que les substituts peuvent être téléchargés depuis urls, tant qu’ils sont signés par une clef autorisée par l’administrateur système (voir Substituts).

Lorsque urls est la chaîne vide, cela a pour effet de désactiver la substitution.

--no-substitutes

Ne pas utiliser de substitut pour les résultats de la construction. C’est-à-dire, toujours construire localement plutôt que de permettre le téléchargement de binaires pré-construits (voir Substituts).

--no-grafts

Ne par « greffer » les paquets. En pratique, cela signifie que les mises à jour des paquets disponibles comme des greffes ne sont pas appliquées. Voir Mises à jour de sécurité, pour plus d’information sur les greffes.

--rounds=n

Construit chaque dérivation n fois d’affilé, et renvoie une erreur si les constructions consécutives ne sont pas identiques bit-à-bit.

Cela est une manière utile pour détecter des processus de construction non déterministes. Les processus de construction non déterministes sont problématiques car ils rendent pratiquement impossible la vérification par les utilisateurs de l’authenticité de binaires tiers. Voir Invoquer guix challenge, pour plus d’informations.

Lorsqu’utilisé avec --keep-failed, la sortie différente est gardée dans le dépôt sous /gnu/store/…-check. Cela rend plus facile l’étude des différences entre les deux résultats.

--no-offload

N’essaye pas de décharger les constructions vers d’autres machines (voir Réglages du délestage du démon). C’est-à-dire que tout sera construit localement au lieu de décharger les constructions à une machine distante.

--max-silent-time=secondes

Lorsque le processus de construction ou de substitution restent silencieux pendant plus de secondes, le terminer et rapporter une erreur de construction.

Par défaut, le paramètre du démon est pris en compte (voir --max-silent-time).

--timeout=secondes

De même, lorsque le processus de construction ou de substitution dure plus de secondes, le terminer et rapporter une erreur de construction.

Par défaut, le paramètre du démon est pris en compte (voir --timeout).

-v [niveau]
--verbosity=niveau

Utiliser le niveau de verbosité, en tant qu’entier. 0 signifie qu’aucune sortie n’est produite, 1 signifie une sortie silencieuse ; 2 est similaire à 1 mais affiche aussi les URL des téléchargements ; 3 montre tous les journaux de construction sur la sortie d’erreur standard.

--cores=n
-c n

Permet d’utiliser jusqu’à n cœurs du CPU pour la construction. La valeur spéciale 0 signifie autant de cœurs que possible.

--max-jobs=n
-M n

Permettre au maximum à n de construire des jobs en parallèle. Voir --max-jobs, pour plus de détails sur cette option et l’option équivalente guix-daemon.

--debug=niveau

Produire une sortie de débogage qui provient du démon de construction. niveau doit être un entier entre 0 et 5 ; plus grand est ce nombre, plus verbeuse sera la sortie. Indiquer un niveau de 4 ou plus peut être utile pour déboguer des problèmes d’installation avec le démon de construction.

Sous le capot, guix build est surtout une interface à la procédure package-derivation du module (guix packages), et à la procédure build-derivations du module (guix derivations).

En plus des options passées explicitement par la ligne de commande, guix build et les autres commandes guix qui peuvent effectuer des constructions permettent la variable d’environnement GUIX_BUILD_OPTIONS.

Variable d'environnement : GUIX_BUILD_OPTIONS

Les utilisateurs peuvent définir cette variable à une liste d’options de la ligne de commande qui seront automatiquement utilisées par guix build et les autres commandes guix qui peuvent effectuer des constructions, comme dans l’exemple suivant :

$ export GUIX_BUILD_OPTIONS="--no-substitutes -c 2 -L /foo/bar"

Ces options sont analysées indépendamment, et le résultat est ajouté aux options de la ligne de commande analysées.


Suivant: , Monter: Invoquer guix build   [Table des matières][Index]