Suivant: , Précédent: , Monter: Configuration du système   [Table des matières][Index]


10.3 Systèmes de fichiers

La liste des systèmes de fichiers à monter est spécifiée dans le champ file-systems de la déclaration de système d’exploitation (voir Utiliser le système de configuration). Chaque système de fichier est déclaré avec la forme file-system, comme ceci :

(file-system
  (mount-point "/home")
  (device "/dev/sda3")
  (type "ext4"))

Comme d’habitude, certains de ces champs sont obligatoire — comme le montre l’exemple au-dessus — alors que d’autres peuvent être omis. Ils sont décrits plus bas.

Type de données : file-system

Les objets de ce type représentent des systèmes de fichiers à monter. Ils contiennent les membres suivants :

type

C’est une chaîne de caractères spécifiant le type du système de fichier — p. ex. "ext4".

mount-point

Désigne l’emplacement où le système de fichier sera monté.

device

Ce champ nomme le système de fichier « source ». il peut être l’une de ces trois choses : une étiquette de système de fichiers, un UUID de système de fichier ou le nom d’un nœud dans /dev. Les étiquettes et les UUID offrent une manière de se référer à des systèmes de fichiers sans avoir à coder en dur le nom de périphérique24.

Les étiquettes de systèmes de fichiers sont crées avec la procédure file-system-label, les UUID avec uuid et les nœuds de /dev sont de simples chaînes de caractères. Voici un exemple d’un système de fichiers référencé par son étiquette, donnée par la commande e2label :

(file-system
  (mount-point "/home")
  (type "ext4")
  (device (file-system-label "my-home")))

Les UUID sont convertis à partir de leur représentation en chaîne de caractères (montrée par la commande tune2fs -l) en utilisant la forme uuid25, comme ceci :

(file-system
  (mount-point "/home")
  (type "ext4")
  (device (uuid "4dab5feb-d176-45de-b287-9b0a6e4c01cb")))

Lorsque la source d’un système de fichiers est un périphérique mappé (voir Périphériques mappés), sont champ device doit se référer au nom du périphérique mappé — p. ex. "/dev/mapper/root-partition". Cela est requis pour que le système sache que monter ce système de fichier dépend de la présence du périphérique mappé correspondant.

flags (par défaut : '())

C’est une liste de symboles qui désignent des drapeaux de montage. Les drapeaux reconnus sont read-only, bind-mount, no-dev (interdit l’accès aux fichiers spéciaux), no-suid (ignore les bits setuid et setgid), no-atime (ne met pas à jour les heures d’accès aux fichiers) et no-exec (interdit l’exécution de programmes). Voir Mount-Unmount-Remount dans The GNU C Library Reference Manual, pour plus d’informations sur ces drapeaux.

options (par défaut : #f)

Il s’agit soit de #f, soit d’une chaîne indiquant les options de montage passées au pilote du système de fichiers. Voir Mount-Unmount-Remount dans The GNU C Library Reference Manual, pour plus de détails et lancez man 8 mount pour les options des différents systèmes de fichiers. Notez que les procédures file-system-options->alist et alist->file-system-options de (gnu system file-systems) peuvent être utilisées pour convertir des options de systèmes de fichiers données sous forme de liste d’association en représentation de chaîne de caractères, et vice-versa.

mount? (par défaut : #t)

Cette valeur indique s’il faut monter automatiquement le système de fichier au démarrage du système. Lorsque la valeur est #f, le système de fichier reçoit une entrée dans /etc/fstab (lue par la commande mount) mais n’est pas monté automatiquement.

needed-for-boot? (par défaut : #f)

Cette valeur booléenne indique si le système de fichier est nécessaire au démarrage. Si c’est vrai alors le système de fichier est monté au chargement du disque de RAM initial. C’est toujours le cas par exemple du système de fichiers racine.

check? (par défaut : #t)

Cette valeur booléenne indique si le système de fichier doit être vérifié avant de le monter.

create-mount-point? (par défaut : #f)

Lorsque cette valeur est vraie, le point de montage est créé s’il n’existe pas déjà.

mount-may-fail? (par défaut : #t)

Lorsque cela est vrai, indique que le montage de ce système de fichiers peut échouer, mais cela ne doit pas être considéré comme une erreur. Ceci est utile dans des cas inhabituels ; un exemple de ceci est efivarfs, un système de fichiers qui ne peut être monté que sur des systèmes EFI/UEFI.

dependencies (par défaut : '())

C’est une liste d’objets <file-system> ou <mapped-device> qui représentent les systèmes de fichiers qui doivent être montés ou les périphériques mappés qui doivent être ouverts avant (et monté ou fermés après) celui-ci.

Par exemple, considérons une hiérarchie de montage : /sys/fs/cgroup est une dépendance de /sys/fs/cgroup/cpu et /sys/fs/cgroup/memory.

Un autre exemple est un système de fichier qui dépend d’un périphérique mappé, par exemple pour une partition chiffrée (voir Périphériques mappés).

Procédure Scheme : file-system-label str

Cette procédure renvoie un label de système de fichiers opaque à partir de str, une chaîne de caractères :

(file-system-label "home")
 #<file-system-label "home">

Les étiquettes de systèmes de fichiers sont utilisées pour faire référence aux systèmes de fichiers par étiquette plutôt que par nom de dispositif. Voir ci-dessus pour des exemples.

Le module (gnu system file-systems) exporte les variables utiles suivantes.

Variable Scheme : %base-file-systems

Ce sont les systèmes de fichiers essentiels qui sont requis sur les systèmes normaux, comme %pseudo-terminal-file-system et %immutable-store (voir plus bas). Les déclarations de systèmes d’exploitation devraient au moins les contenir.

Variable Scheme : %pseudo-terminal-file-system

C’est le système de fichier monté sur /dev/pts. Il supporte les pseudo-terminaux créés via openpty et les fonctions similaires (voir Pseudo-Terminals dans The GNU C Library Reference Manual). Les pseudo-terminaux sont utilisés par les émulateurs de terminaux comme xterm.

Variable Scheme : %shared-memory-file-system

Ce système de fichier est monté dans /dev/shm et est utilisé pour le partage de mémoire entre processus (voir shm_open dans The GNU C Library Reference Manual).

Variable Scheme : %immutable-store

Ce système de fichiers effectue un « montage lié » en lecture-seule de /gnu/store, ce qui en fait un répertoire en lecture-seule pour tous les utilisateurs dont root. Cela évite que des logiciels qui tournent en root ou des administrateurs systèmes ne modifient accidentellement le dépôt.

Le démon lui-même est toujours capable d’écrire dans le dépôt : il est remonté en lecture-écriture dans son propre « espace de nom ».

Variable Scheme : %binary-format-file-system

Le système de fichiers binfmt_misc, qui permet de gérer n’importe quel type de fichiers exécutables à déléguer en espace utilisateur. Cela demande que le module du noyau binfmt.ko soit chargé.

Variable Scheme : %fuse-control-file-system

Le système de fichiers fusectl, qui permet à des utilisateurs non privilégiés de monter et de démonter des systèmes de fichiers FUSE en espace utilisateur. Cela requiert que le module du noyau fuse.ko soit chargé.

Le module (gnu system uuid) fournit les outils pour traiter les « identifiants uniques » de système de fichier (UUIDs).

Procédure Scheme : uuid type [value]

Renvoie un objet UUID (identifiant unique) opaque du type donné (un symbole) en analysant str (une chaîne) :

(uuid "4dab5feb-d176-45de-b287-9b0a6e4c01cb")
 #<uuid> type: dce bv: …>

(uuid "1234-ABCD" 'fat)
 #<uuid> type: fat bv: …>

type peut être l’un des codes suivants : dce, iso9660, fat, ntfs, ou l’un des synonymes les plus courants.

Les UUIDs sont un autre moyen de faire référence sans ambiguïté aux systèmes de fichiers dans la configuration du système d’exploitation. Voir les exemples ci-dessus.


Notes de bas de page

(24)

Remarquez que, s’il est tentant d’utiliser /dev/disk/by-uuid et autres chemins similaires pour obtenir le même résultat, ce n’est pas recommandé : ces nœuds de périphériques spéciaux sont créés par le démon udev et peuvent ne pas être disponibles au moment de monter le périphérique.

(25)

La forme uuid s’attend à des UUID sur 16 octets définis dans la RFC 4122. C’est la forme des UUID utilisées par la famille de systèmes de fichiers ext2 et d’autres, mais ce n’est pas le même type d’UUID que ceux qui se trouvent sur les systèmes de fichiers FAT par exemple


Suivant: , Précédent: , Monter: Configuration du système   [Table des matières][Index]